loire
 art
 soane
 et
Titre : Logo Collectif 25 ans de politiques coûteuse et inutiles d'expulsion des bidonvilles
Informations :
Année : 2015
Taille : Divers
Type : Vectoriel
Typo : Sans

En quelques mots :
Commande du collectif "25 ans de politiques coûteuses et inutiles d'expulsion des bidonvilles" d'un logo fort pour labelliser les actions qu'ils ont menées à Paris entre début septembre 2015 et fin mars 2016.

Le logo devait être facilement identifiable et compréhensible, avec une illustration qui marque les esprits.

C’est une piste engagée, choc et provocatrice qui a été décidée d’être suivi pour l’identité visuel de collectif regroupant plusieurs association qui militent depuis des années contre les évacuations forcées. Ce logo a pour but de faire réagir les gens face à une allégorie violente et cruelle.

Une chaussure de luxe italienne est sur le point d’écraser une cabane ainsi que le campement qui se trouve à côté. On comprend que cette cabane est le logement de personnes car il y a des vêtements qui sont pendus sur un fil à linge. On comprend aussi que c’est dans un bidonville que cela ce passe avec le pneu et les cartons qui trainent par terre. Sur la semelle de cette chaussure est écrit « 25 ANS ». Cette allégorie du pied écrasant avec dédain une « maison » est la représentation de la politique d’expulsion systématique et destructrice qui est menée depuis plus de 25 ans. Mais cela rappelle surtout qu’il y a des hommes derrière ces décisions, que ce n’est pas juste l’application de directives juridiques. Les immeubles en silhouette dans le fond sont les spectateurs et les commanditaires,  de l’acte violent qui va se produire. En effet, la société renie l’existence des bidonvilles et veut s’en débarrasser par tous les moyens. Le choix de la chaussure de luxe italienne, alégorie du politique "bien propore sur lui" qui décide d’en haut, rappelle que ce sont des opérations « spectacles », coûteuses et inutiles car il n'y malheureusement que déplacement de la misère dans la plupart des cas. On peut aussi rappeler que presque à chaque évacuation, il y a l’intervention des forces de l’ordre pour « encadrer le démontage ». Ce déploiement de forces peut être traumatisant surtout quand on sait que les conditions de vie de ces gens sont déjà difficiles et que le fait de vivre dans en bidonville n’est pas un choix. Mais ce ne sont pas les forces de l’ordre qui sont en jeu dans ce logo, ils ne sont que le bras armé de l’État qui lui décide de cette politique destructive. Le choix du jaune rappelle l'urgence et la couleur de la plupart des engins de démolition.
 
" POUR ENFIN METTRE LES PIEDS DANS LE PLAT "

Plus d'informations sur ce collectif et ses actions :
www.25ansbidonvilles.org
 Haut-Rhin
 blog
 art
 Alasace
 soane
 sur
 gravure